Pour partager cette page

çA l'FAIT MALte !

Pour ce nouveau voyage je vous emmène à Malte. Comme vous le savez si vous me suivez sur Instagram, je m'y suis rendue quelques jours à la fin de l'année. Et pour partager cette aventure avec vous, j'ai choisi de vous présenter mes découvertes sous forme de carnet de voyage. Voici donc le journal de bord de ces 4 jours formidables. 

 

Day 1: 

Malte me voilà ! À l'aéroport, ma 1ère surprise, ce sont les taxis. Ici, vous donnez votre destination finale, commandez et payez d'avance à une petite guérite. Le chauffeur vient récupérer sa " commande " et vous voilà parti ! 2ème surprise : ici on roule à gauche, héritage des longues années de présence anglaise sur l'île... Enfin, ici, les chauffeurs de taxi ont une petite tendance à rouler comme des pilotes de formule 1, âmes sensibles, vous voilà prévenues ;-) 

L'île est une succession de baies plus jolies les unes que les autres. En ce 1er jour, j'ai fait un stop dans la baie de Saint Julien pour admirer le paysage. Le panorama est sublime. Et quand l'heure de déjeuner est arrivée, nouvelle halte un peu plus loin cette fois à Spinola Bay. Un stop dans un restaurant qui donne sur le port : le Gululu. Au menu, spécialités locales : pâtes sauce au lapin (spaghetti biz-Zalza tal-Fenek), un des plats les plus populaires de la tradition culinaire maltaise ou encore raviolis au fromage de chèvre (Ravjul bil-Gobon tan-Nagñag ). Franchement délicieux ! Juste à côté, j'ai aussi testé le restaurant Raffael lui aussi très bon et joliment situé, avec terrasse donnant sur la baie; ici aussi les prix sont raisonnables, compter en moyenne 15€ pour un plat traditionnel . 

De façon plus générale, la gastronomie ici est très liée à la gastronomie italienne, vous trouverez partout pizza et pasta... Mais les amateurs de poisson ne seront pas déçus de leur passage à St Julian. Cette ville de pêcheurs sert un poisson succulent et compte de nombreux restaurants de fruits de mer que l'on déguste en admirant le coucher de soleil sur la Méditerranée. Qu'il s'agisse d'un simple plat de lampuki (coryphène) - dont la population locale raffole - dans l'un des petits restaurants qui bordent la côte ou d'un dîner plus raffiné dans un restaurant gastronomique, il existe à Malte une vaste sélection de restaurants convenant à tous les budgets. Ils ne pourraient être plus pittoresques. Mais revenons sur St Julian's et sa célèbre Spinola bay. N'hésitez pas à faire comme moi et explorer cet ancien village de pêcheurs au charme désuet. Quand vous arrivez, vous tombez sur de nombreux petits bateaux de pêche qui voguent sur l'eau et des pêcheurs à quai qui réparent leurs filets. C'est ici le point de départ idéal d'une promenade enchanteresse. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait juste après le déjeuner... En passant par les petites ruelles et les nombreux jardins ouverts au public, en route pour une petite balade du côté de Paceville. Quartier où s'enchevêtrent cette fois constructions ultra modernes (appartements, hôtels et boutiques) et petits immeubles d'habitations anciens et traditionnels, quartier qui s'anime la nuit au gré des boîtes de nuit, bars et clubs branchés. Les flambeurs, eux, trouvent leur bonheur dans un des meilleurs Casino de Malte abrité par un palais du XIXe siècle. 

En chemin, petite pause à la Marina Sportomaso : zone résidentielle avec de magnifiques yachts et des restaurants qui la surplombe... Je finis cette journée devant la petite plage de sable de la baie Saint Georges où le soleil se couche. 

Day 2 :

C'est parti pour la visite de La Valette, le joyau baroque de Malte. Le taxi vous dépose à Triton Foutain (compter environ 20€ de votre hôtel au centre ville sinon vous pouvez aussi rallier La Valette avec les nombreux bus de l'île). Triton Foutain est le lieu de rassemblement des cars de touristes, des taxis et des calèches. À partir de là, vous allez pouvoir visiter tout La Valette... Tout droit, direction Republic street LA rue commerçante avec ses boutiques, restaurants et monuments historiques incontournables dont de nombreuses églises (n'hésitez pas à entrer pour les découvrir) et la fameuse Co-cathédrale Saint Jean de La Valette construite par les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem ou encore le palais présidentiel. La richesse de l’intérieur de Saint Jean est incroyable : rien n’était visiblement assez beau pour les chevaliers ! Dorures, peintures murales, tapisseries, mobilier somptueux mais aussi un sol constitué de tombes en marbre polychrome... 

 

Les fans de shopping trouveront leur bonheur (les boutiques sont nombreuses et branchées) et les amoureux de l'histoire eux aussi (en plus des églises vous trouverez, toujours sur Républicain street, le musée archéologique mais aussi les nombreux monuments et jardins) : tout est concentré dans ces quelques rues... La Valette a été construite entièrement à la suite du siège de 1565 remporté contre les Turcs. Son plan est octogonal, impossible de s’y perdre. Toujours tout droit, vous filez vers les remparts qui protègent la ville et vous découvrez une vue splendide qui surplombe la mer. Ne loupez pas les sublimes jardins Barrakka (bas et haut). Dans les jardins du haut, vous trouverez en plus des traditionnelles arcades, les " saluting battery ", des canons toujours opérationnels depuis plus de 500 ans, qui marquent les grands événements de l'île. On y trouve également de nombreuses œuvres d'art, notamment la statue de bronze du sculpteur maltais Antonio Sciortino, Les GavrochesPerchés sur le bastion de Saint Pierre et Saint Paul, ces jardins sont connus pour leur vue panoramique sur le Grand Port avec le célèbre fort Ricasoli

 

Les monuments célébrant le courage de la population maltaise pendant la Seconde Guerre Mondiale sont nombreux et notamment le war memorial et sa cloche (Siege Bell War Memorial) qui rappellent ces douloureux événements. Elle sonne tous les midisEn me promenant dans les ruelles, j'ai été séduite aussi par l'architecture étonnante de La Valette : vous allez découvrir des immeubles à d'apparence défraîchis mais si charmants avec leur bow windows omniprésents... Marchez le nez en l'air pour admirer toutes les façades et à chaque coin de rue ou presque les statues et autres ornements. Par ailleurs, il reste quelques réminiscences de l’occupation anglaise, que les Maltais ont à coeur de conserver comme appartenant à leur histoire. C'est ainsi qu'au pied de quelques monuments du XV ou XVIe siècle vous tomberez sur les célèbres cabines téléphoniques rouges qui n'ont guère plus beaucoup d'utilité ;-) 

 

Pour visiter la ville : les plus courageux peuvent opter pour la marche (prévoyez de bonnes baskets car la ville monte et descend), autre option : la calèche (délicieusement désuette) ou encore le petit train... Petit coup de coeur pour un restaurant de la ville, le King's own sur Republic street qui abrite le plus célèbre groupe de musique de l'île au dernier étage (lieu de leur répétition et de leurs archives) ambiance très sympa, personnel adorable et repas excellent à un prix abordable . 

 

Day 3 :

Aujourd'hui grosse journée avec le tour de l'île en bus. Ici, vous pouvez en effet voir toute l'île sur 1 jour ou 2 jours grâce à des bus appelés Hop On Hop off Ils proposent des arrêts dans différents lieux incontournables, vous descendez, ou pas, selon vos envies et les bus passent toutes les heures. Moi j'ai pris un billet sur 2 jours pour 37 euros, histoire de ne pas me presser à chaque escale et de profiter tranquillement de toutes les haltes proposées. Dernière info à savoir : il y a 2 circuits, la route nord et la route sud. J'ai choisi le sud qui propose à mon sens des destinations plus intéressantes. C'est parti pour le road trip

 

Le bus démarre baie Saint Georges (ça tombait bien c'était à côté de mon hôtel mais on peut évidemment le prendre près d'autres hôtels) direction Spinola bay puis Balluta bay. Deux baies que j'avais déjà exploré à pied (et dont je vous ai parlé) donc je ne suis pas descendue... On arrive ensuite sur le port et le front de mer de Sliema. C'est d'ici que vous pouvez notamment partir pour une croisière vers l'île de Gozo, c'est une super balade à faire sur le front de mer avec boutiques et restaurants multiples... L'arrêt suivant, c'est La Valette, ayant déjà fait une belle visite la veille dans la capitale je ne suis pas descendue me réservant pour le stop suivant : les temples Tarxien. Et je n'ai pas regretté ! Le site de Tarxien est un complexe formé de 4 temples remontant à la fin de la période néolithique, et au début de l'âge de bronze. Ils ont la particularité d'être au coeur même de la ville de Tarxien c'est très étonnant. Le site des quatre temples a été classé en 1992 par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité sous le titre de temples mégalithiques de Malte. Si vous êtes féru d'archéologie, d'histoire ou tout simplement curieux du passé, cette visite vous ravira. J'ai adoré. C'est magnifique et émouvant de retrouver ainsi des traces des civilisations antérieures. 

 

Après cette visite, me voila de retour dans le bus direction Il-Birgu – ou plus simplement Birgu – et distinguée du titre de Città Vittoriosa (Cité victorieuse) par les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem après le grand siège de 1565 où elle a joué un rôle vital (les chevaliers je le rappelle ont gagné contre les turcs) en chemin entre les temples et la cité vous découvrirez la plus grande église de l'île Paola : Parish Church. La ville est sublime. Elle est située face à La Valette. Cette localité forme, avec Borma et Isla, l'une des fameuses trois cités des Cottonera LinesTout comme à La Valette, vous trouverez en vous promenant de nombreuses églises, des fortifications, des palais et des musées. Là encore, même recommandation que pour la capitale, marchez le nez au vent, admirez les façades, entrez dans les églises (notamment l'église Saint Laurent), flânez, perdez-vous dans les ruelles qui offrent de jolies surprises et architectures au promeneur, c'est ce que j'ai fait pendant quelques heures avant de retrouver le bus. Si vous êtes attentifs, vous découvrirez de nombreux détails de décoration qui embellissent les ruelles et donnent du cachet à la ville. Poignées de porte ou heurtoirs magnifiques, pancartes de rues travaillées ou encore statues nichées dans les angles des rues ne manquent pas...

 

Après cette balade dans l'ancienne capitale en route donc pour le prochain arrêt : l'adorable village de pêcheurs de Marsaxlokk ! N'hésitez pas, ne zappez pas cet arrêt, il vaut le détour ! Le petit port est adorable, les bateaux sont colorés, les pêcheurs sont à l'œuvre devant vous, et le petit marché attenant est convivial. Sur le port, de nombreux restaurants vous attendent et les serveurs sont très sympas. Un peu d'histoire : Marsaxlokk a été fondé par les Phéniciens au IXe siècle av.J.-C, le port au fond de la baie a gardé la forme caractéristique des ports phéniciens. C'est aujourd'hui le plus grand port de pêche de Malte.

 

Après cet arrêt, la journée était bien avancée, j'ai donc pris la décision de rentrer et de faire les 2 haltes suivantes que je ne voulais pas bâcler le lendemain. Je ne suis pas donc pas descendue aux derniers arrêts préférant me les réserver pour ma 2ème journée de bus. Quelle super excursion fatigante mais vivifiante et intéressante ! 

 

Day 4 : 

Comme la veille j'ai pris mon bus Hop on Hop off direction les 2 derniers arrêts que j'avais volontairement ignorés la veille ! 1er stop de ma journée la célèbre Blue Grotto. Quelle expérience extraordinaire ! 

 

La grotte bleue (Blue Grotto) est une grotte maritime longue de 43 m avec une profondeur allant jusqu’à 40 m, enchevêtrée avec six autres grottes successives. Elle se trouve au sud-ouest de l’île. C'est un lieu réputé pour son eau bleue et turquoise d'une transparence absolue, offrant une vision parfaite des fonds sous-marins et de la faune et la flore qui la peuple. Vous montez à bord d'une petite barque de pêcheur et en route pour une petite demi-heure d'exploration. C'est sublime ! (le prix est raisonnable : 8€ pour les adultes).

 

Après toutes ces émotions vous pouvez faire une pause dans les différents restaurants qui surplombent les falaises. Celui qui offre une des plus belles vues est le step-in dont la terrasse surplombe la crique. C'est là où je me suis posée pour un déjeuner aux assiettes gargantuesques, ici les petites portions ça n'existe pas ;-) Après cette pause gastronomique, hop, de retour dans le bus : direction les temples d'Hagar Qim et de MnajdraHagard qim c'est le plus spectaculaire des temples mégalithiques de Malte avec ses murs massifs de plus de 200 tonnes de pierres. On y a retrouvé de nombreuses statues, aujourd'hui conservées au Musée archéologique de La Valette. La visite est éblouissante, vous allez en prendre plein les yeux ! Les ruines des quatre temples sont échelonnées sur une période de mille ans (3 600-2 500 av.J.-C). Voisin  de Hagar Qim, le site de Mnajdra est isolé dans un cadre sauvage, face à la Mer Méditerranée. Les temples de Mnajdra sont ouverts sur une cour commune, formant un arc de cercle. Construit au IV millénaire av.J.-C, Mnajdra fait partie des sites religieux les plus anciens sur Terre. Son plan en trèfle est plus régulier que celui de Ħaġar Qim. La structure préhistorique consiste en trois temples joints, mais non connectés : les temples supérieur, moyen et inférieur. Franchement c'est à ne pas louper ! Comptez au moins une bonne heure pour savourer la balade...

 

Après cette journée bien riche, je remonte heureuse dans le bus pour un retour à l'hôtel, encore une fois un peu fatiguée, mais ravie ! Je finis ce séjour Maltais comblée avec déjà l'envie de revenir...

 

tous les chemins mènent à rome

 

"Week-end à Rome, tous les deux sans personne..." chantait Etienne Daho. Oh, oui oui oui:) Mais pourquoi se limiter à un week-end ? Rome est tellement magnifique, il y a tant de choses à voir que si on peut y rester au moins une semaine, c’est le bonheur ! Il faut aller au moins une fois dans sa vie à Rome, se perdre dans ses ruelles, flâner le long du Tibre, s’attabler aux nombreuses et joyeuses tavernes, se prendre pour un gladiateur au Colisée et aller bien sûr dans la cité du Vatican dont le pape est souverain pour admirer entre autre la Chapelle Sixtine. Il faut passer ses soirées le nez au vent, sous la lumière si particulière de Rome. Un rêve.

 

Rome est la 3ème destination touristique la plus visitée d’Europe après Londres et Paris et elle mérite cette place. La Ville Éternelle est une des plus belles au monde, elle a un des plus grands sites archéologiques de la planète, des ponts et des fontaines sublimes à chaque coin de rue ou presque, des églises, des musées et elle cernée par sept collines… J’ai adoré mon séjour à Rome entre ambiance festive dans le centre-ville et ferveur religieuse du coté du Vatican, entre patrimoine archéologique et modernité des boutiques et de la vie culturelle, entre Dolce Vita et douce folie des romains, entre gastronomie et orgie de pizzas et autres pasta ! Viva Roma !

 

Visite guidée en images :

 

Le Tibre enjambé par de nombreux ponts tous plus beaux les uns que les autres.

Rome n’est pas avare de statues, fontaines, ponts. Pour mon plus grand plaisir, il y en avait à chaque coin de rue.

 

La plus célèbre fontaine du monde : la fontaine de Trevi. Quand on y est, on ne peut s’empêcher de repenser à Anita Ekberg appelant Marcello Mastroiani dans la Dolce Vita. Et évidemment, je n’ai pas résisté à jeter une pièce et faire un vœu comme des millions de touristes.

Petite pause gastronomique ! Préparez-vous à prendre des kilos à Rome, difficile de résister ici à la tentation. Laissez-vous guider par le plaisir et pousser la porte des petites trattorias qui n'attendent que vous, sinon, n'hésitez pas à consulter des guides comme tripadvisor qui regorgent de bonnes adresses que j'ai quasiment toutes testées :-)

Après, il est nécessaire de se dépenser en gravissant les escaliers du Colisée.

Attention, les légionnaires sont parmi nous !

Tout autour du Colisée, le palatin, les thermes, les temples et le Circus Maximus contribuent à cette atmosphère antique et sublime. Avé César !

Rome, c’est aussi bien sûr 900 églises, le Vatican et ses musées (sublimes et immenses), la chapelle Sixtine. Armez-vous de patience si vous voulez visiter, la file d’attente est impressionnante mais ça va assez vite finalement… Vous pouvez réserver par avance sur internet (notamment via tripadvisor). Et pour info, sachez que vous n’aurez pas le droit de prendre en photo le plafond de la chapelle Sixtine afin de le préserver (c’est une petite frustration mais on le comprend très bien)

SEVILLE DE MI CORAZON

“Qui n’a jamais vu Séville n’a jamais vu de merveille” dit un célèbre dicton espagnol. Et c’est vrai que Séville est une ville au charme fou ! Elle regorge de monuments, jardins et palais somptueux. J’adore cet endroit ! Où que l’on pose son regard il y a de quoi s’émerveiller. C’est un vrai bonheur de se promener le long du Guadalquivir (d’ailleurs il faut absolument que vous y fassiez une promenade en bateau). Et Séville le soir s’anime au gré des soirées flamenco et des dégustations de tapas improvisées. Quant aux Sévillans ! Ah les Sévillans… Ils aiment la fête, la fête bon enfant : qu’on soit en été ou en hiver, tout le monde sort, tout le monde se promène et se mélange, les jeunes, les moins jeunes, les enfants, les ados... De jour comme de nuit. Séville c’est la destination idéale des épicuriens. Vous aimez la vie, la bonne bouffe, les belles choses, le rire et la danse... Alors vous aimerez vous perdre dans Séville et vous balader au hasard de ses ruelles pittoresques. Pour une 1ère visite, un conseil : la calèche. C’est ce que j’ai fait la 1ère fois que je m’y suis rendue et c’est formidable pour découvrir la ville dans son ensemble. Compter environ 45€ le tour de 30 min, ça peut monter à 75 euros pour une heure, n’hésitez pas à négocier un peu…

Petit tour de ce qu’il ne faut pas louper :

Tout d’abord l’Alcazar de Séville, en espagnol : El Real Alcázar de Sevilla. C’est un palais fortifié construit par les Omeyyades d'Espagne à partir de 844 sous le règne de l’Émir Abd al-Rahman II. Ce monument a été modifié à plusieurs reprises durant la période musulmane. Au XIIIème siècle, Alphonse X a entrepris la construction d'un premier palais sur le site. Par la suite, Pierre 1er y a ajouté un splendide palais et l'ensemble a été à nouveau modifié par Charles Quint au XVIème siècle. L'Alcazar de Séville est depuis plus de sept siècles une résidence royale ; la famille royale d'Espagne utilise aujourd'hui l'étage. C’est une merveille à ne vraiment pas louper. Et surtout, allez dans les jardins de l’Alcazar c’est à tomber de beauté, même en hiver… On y découvre des influences arabes, renaissance et modernes. Les jardins sont disposés en terrasses, la végétation est verdoyante, il y a une multitude d’orangers, de palmiers, avec des fontaines et de petits pavillons. C’est une oasis de calme en pleine ville. Il y a, à cette époque de l’année, une jolie tradition : des vœux accrochés aux branches des arbres… c’est très poétique.

Horaires d’octobre à mars : du lundi au dimanche, de 09h30 à 17h00. Visite : 9€50. Armez vous de patience, il y a toujours une file d’attente assez conséquente mais croyez moi, ça vaut le coup !

A ne pas louper non plus : la Plaza de España. Quand vous y arrivez en calèche au détour d’une petite rue, elle apparaît devant vous, majestueuse, immense. Elle a été conçue pour l'Exposition ibéro-américaine de 1929. Mille hommes ont participé à sa construction ! La place forme un demi-ovale. Elle symbolise l'Espagne accueillant à bras ouverts ses anciennes colonies, elle regarde dans la direction du Guadalquivir. Les quatre ponts symbolisent les royaumes de Castille, d'Aragon, de Navarre et de Leon, ils relient la place centrale et le palais. Il y a un petit canal qui longe le palais on peut même y faire de la barque, c’est très mignon.

Impossible de louper La Giralda, elle domine la ville, c’est l'ancien minaret de la Grande Mosquée almohade. Après la reconquête de la ville, la mosquée a été convertie en cathédrale, et la Giralda est devenue son clocher. Vous pouvez monter à l’intérieur, il faut de bonnes jambes mais le panorama offre une vue exceptionnelle. Ouvert tous les jours du lundi au samedi de 11h à 17h et le dimanche de 14h30 à 18h. Tarif : 2€.

Allez vous promener dans le Parc Maria Luisa. Il est immense, il faut s’y perdre avec bonheur, y flâner, se poser, rêver dans ses jardins. Il se trouve dans le district sud, juste au sud du quartier de Santa Cruz. Le parc a été offert à la ville en 1893 par l'Infante Maria Luisa, Duchesse de Montpensier et il a finalement été ouvert au public en 1914, heureusement pour nous, car c’est un bonheur. Et l’été, souvent très chaud à Séville, il offre un peu de fraîcheur à l’ombre de ses arbres…

Passez devant la Torre de Oro. Elle se trouve à quelques mètres du bord du canal Alphonse XIII. C’est une tour d'observation militaire. Elle date du XIIème siècle.

Et puis l’Espagne c’est aussi évidemment les restaurants, les tapas, les paellas, la fête, la danse, n’hésitez pas : faites vous plaisir, vous perdrez vos kilos une fois à la maison. Moi, je raffole des tapas et autres spécialités locales. Et notamment ma madeleine de Proust, un gâteau à base de beurre (ou de saindoux), de farine, de sucre, d’amandes et de cannelle et qu’on ne mange qu’à l’époque de Noël et du Nouvel An, ce sont les mantecados et polvorones. Un régal! Rien que d’écrire leurs noms me fait saliver. C’est mon enfance qui remonte à la surface ! Et c’est délicieux.

Enfin nous sommes en décembre alors découvrez une autre tradition : celle des raisins. Il s’agit d’avaler douze grains de raisin, un par un, au rythme des douze coups de minuit ! C’est une façon de fêter l'arrivée de la nouvelle année. Vous verrez dans tous les restaurants on vous apportera un peu avant minuit ces fameux raisins et même dans la rue, les gens se réunissent pour les manger ensemble. Et tous ceux qui arrivent à manger leurs raisins à temps vivront une année placée sous le signe de la prospérité et de la chance. Evidemment je me suis pliée à cette tradition que je connaissais (je vous rappelle que ma maman est espagnole). Je vous assure il faut le faire, c’est hilarant car ce n’est pas si facile que ça, les 12 coups ça va vite… Je vous garantis une expérience très drôle, vous ne l’oublierez jamais.

Si je vous ai convaincu et que vous voulez poser vos valises quelques jours à Séville, il existe de nombreux sites pour trouver l’hôtel de vos rêves. Moi j’aime bien Trip Advisor (c’est là que j’ai trouvé les miens pour mes différents séjours : j'ai notamment résidé à Las casas del rey baeza et au Petit palace Marqués de Santa Ana), il y en a pour tous les goûts et tous les porte-monnaie.

Bon voyage !

SANTORIN, DE BLANC ET DE BLEU

Santorin est une sublime île grecque en mer Égée. Elle est la plus grande et la plus peuplée d’un petit archipel volcanique comprenant quatre autres îles. L’île se visite en quelques jours car elle n’est pas bien grande, je vous conseille de louer  un deux roues, scooter ou moto, ou bien un quad, il y en a partout dans l’île. Attention toutefois la qualité des routes n’est pas exceptionnelle et on peut se faire quelques petites frayeurs. Moi j’ai opté pour une moto, même si vous vous en doutez, ce n’est pas moi qui conduisais.

C’est un délice de se perdre sous un soleil écrasant dans ses villages blancs à coupoles bleues perchés au sommet des falaises, comme le sublime village d’Oia où seuls les ânes aident les hommes à porter les charges.

C’est un régal d’admirer la caldeira, cette baie délimitée par les différentes îles de l’archipel. 

C’est une grande émotion de découvrir ces sites archéologiques, notamment à Akrotiri, des vestiges datant de plus de 3500 ans : toute une ville enfouie par une éruption volcanique ce qui permet de découvrir des bâtiments en excellent état de conservation et de sublimes fresques…

C'est un bonheur de fouler ces plages de sable noir et brûlant à Perissa où l'on peut flâner le long du bord de mer, un bord de mer où s'alignent les restaurants et les boutiques ouvertes jusque tard le soir.

Enfin c’est un rêve de terminer ses soirées devant les sublimes couchers de soleil sur la mer Égée à bord de voiliers en bois …

FORMENTERA…

Nature préservée et ambiance Hippie-chic assumée

Sant Francesc Xavier, mon point de chute préféré, considéré comme la capitale de l’île, sa place héberge la mairie. Juste en face, vous découvrirez l’église du village, édifice datant du 18ème siècle. C’est aussi un lieu incontournable pour ses boutiques (j'adore Vintage, Il Mundo Insolito, Costa, El Pasaje Oriental et Terra Formentera) ses restaurants (mes spots : Ca Na Pepa et Es Marès) et ses étals hippie-chics, autant de symboles de la vie de bohème.

Sant Ferran. C’est ici que l’on trouve l’un des établissements les plus mythiques de l’ïle : la Fonda Pepe, un bar-restaurant qui depuis les années 60 est un lieu de rassemblement hippie, marqué du sceau de l’authentique et du cool. En face, la pension Hostal Pepe où Bob Dylan a posé ses valises…

El Pilar de la Mola, petit village qui abrite le marché hippie ouvert les mercredi et dimanche à partir de 16h. Vous y trouverez une cinquantaine de stands tenus par des artisans de l’île. Bijoux, sacs, céramiques, vêtements… ici on travaille le cuir, l’argent, le bois et la pierre. Trouvailles fashion assurées. Le bonheur.

Le phare de la Mola. Une vue à couper le souffle du haut de ses 200 mètres de falaises. Au pied du phare, un agréable restaurant-lounge vous attend, le Codice Luna.

Le Moli Veli. Un ancien moulin-à-vent construit en 1778, utilisé pour moudre le blé cultivé sur l’île. 

Ses Illetes. Ces plages sont situées au point le plus au nord de l’île et à 150m de l’île d’Espalmador. Eaux turquoises, cristallines et peu profondes, sable blanc. Le paradis. Il y a évidemment quelques restaurants de plage, mon coup de coeur : Kiosko El Pirata. Pour accéder aux plages et aux parkings, prévoyez 6 € pour les voitures et 4 € pour les deux roues. Un conseil : en été, arrivez avant midi, les places de stationnement sont prises d'assaut.